Des poissons meurent au Vietnam - Triops Galaxy

Vietnam : des centaines de milliers de poissons meurent à cause de la sécheresse et de la chaleur

Une vague de chaleur persistante frappe l’Asie du Sud-Est depuis des semaines. La Thaïlande, les Philippines, le Bangladesh et le Vietnam enregistrent des températures record. Le Sud-Vietnam en particulier, avec sa métropole de plusieurs millions d’habitants Ho-Chi-Minh-Ville, souffre de la plus longue vague de chaleur depuis trois décennies. Depuis le début de l’année, les températures quotidiennes dépassent presque systématiquement les 35 degrés Celsius, selon les météorologues, et certaines régions ont même enregistré des valeurs avoisinant les 40 degrés.

Jusqu’à deux cents tonnes de poisson

Au Bangladesh, on assiste à la plus longue vague de chaleur depuis au moins 75 ans. « Je n’ai jamais connu une telle chaleur », rapporte Aminur Rahman, 38 ans, de la capitale Dhaka. En l’espace de quelques jours, au moins dix personnes y sont mortes de coups de chaleur. Par mesure de précaution, les écoles ont été fermées, comme aux Philippines.

Dans la province de Dong Nai, au sud du Vietnam, les effets de la chaleur se sont fait sentir de manière particulièrement drastique ces derniers jours. Des centaines de milliers de poissons morts flottent à la surface du réservoir de Song May. Selon l’agence de presse AFP, il n’a pratiquement pas plu ces dernières semaines, ce qui fait que la réserve d’eau du réservoir se fait rare.

Des photos montrent des habitants se déplaçant en bateau dans le réservoir de 300 hectares ou pataugeant dans l’eau pour repêcher les poissons morts. Malgré leurs efforts, ils se heurtent à leurs limites. Selon les estimations, jusqu’à deux cents tonnes de poissons pourraient être mortes.

À certains endroits, le réservoir est déjà complètement asséché. Au départ, de l’eau supplémentaire devait être injectée, mais en raison de la chaleur, elle a été utilisée à d’autres fins.

Selon les experts, le phénomène climatique redouté El Niño est principalement responsable des températures en Asie du Sud-Est. L’année dernière, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a confirmé l’apparition des conditions El Niño et a mis en garde contre les phénomènes météorologiques extrêmes. « El Niño prendra fin en juin, mais les températures pourraient continuer à augmenter dans de nombreux pays au cours du premier semestre de cette année », a averti l’écologiste marin thaïlandais Thon Thamrongnawasawat il y a plusieurs semaines déjà. Il prévoyait une période de chaleur historique, notamment dans certaines régions d’Asie.

El Niño est un phénomène météorologique naturel qui se produit à quelques années d’intervalle et qui s’accompagne d’un réchauffement de l’eau de mer dans le Pacifique tropical et de faibles vents alizés. Ce phénomène peut aggraver les effets de la crise climatique, car il a un effet réchauffant supplémentaire. L’Asie du Sud-Est, l’Australie, l’Afrique et l’Amérique centrale sont particulièrement touchées par ce phénomène.

Sladjan Lazic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Diese Website nutzt Cookies und Google Analytics. Wenn Sie die Website weiter nutzen, gehen wir von Ihrem Einverständnis aus. Klicken Sie hier für Opt-Out